Get Adobe Flash player

Fête de la St jean Falicon

Super, super soirée pour la fête de la St. Jean avec la Cie Solo Compas des Saintes Maries de la Mer, qui viennent animer cette fête depuis plusieurs années et qui sont toujours aussi péblicités. Avec le couple Alex et Pia, danseurs exceptionnels et leur groupe toujours aussi talentueux. Merci à Gisèle Kruppert, maire de la commune, à tous les conseillers municipaux présents, à Noël Cristina et Josiane Pilati, conseillers municipaux et Andrée Ratel, pour leur savoir faire pour cette parfaire organisation, la mairie et les services techniques. A Alvare Tornesi, policier municipal qui a veillé au bon déroulement de la soirée. Un vrai bonheur pour cette soirée qui s’est terminée vers 24h00. Mais avant, départ de la procession aux flambeaux à 21h menée par Gilles Pierret, conseiller municipal et président de l’AS Foot, et merci à Eric pour sa savoureuse paëlla, à son épouse et ses enfants, et à l’APE pour son stand. Merci aussi à tous les organisateurs, tous les participants. Une centaine de personnes se sont ainsi retrouvées place Bellevue pour ce spectacle, un de plus pour la commune de Falicon qui « bouge.

Monique Degioannis

st.jean03jpg

st.jean04jpg st.jean05jpg

Photos Monique Degioannis

La fête de la Saint-Jean était traditionnellement, dans la plupart des paroisses de France, la fête de la Jeunesse avec des jeux et des rites de passages qui étaient à la fois le moment de réception des nouveaux membres de la bachellerie du village ou du quartier (les adolescents), et l’élection du roi et de la reine de la Jeunesse pour la nouvelle année. Cette fête, qui était celle de l’apogée de l’Été, était fortement marquée par la musique. Elle commençait le matin avec la messe de la Saint-Jean au cours de laquelle on chantait et jouait l’Hymne à saint Jean-Baptiste qui a donné son nom aux notes de musiques, et comportait toujours le soir une veillée avec un grand feu allumé avec des bûches que les jeunes gens et les jeunes filles étaient allés mendier les jours précédents dans chaque maison. Elle se terminait par un bal nocturne.

Dans certaines communes françaises, un bûcher de bois d’une dizaine de mètres de haut est construit pour être brûlé le soir de la fête, notamment dans la grande majorité des communes du nord de l’Alsace, ainsi que dans le sud de l’Alsace dans les communes de la vallée de la Thur et du pays de Thann, et récemment de la vallée de la Doller, mais aussi en Lorraine à Contz-les-Bains, Harsault et Fontenoy-le-Château notamment. En Alsace, le bûcher est appelé un fackel, dans la petite commune de Soultzbach-les-Bains, cette tradition perdure le feu est appelé Johànisfirla et est fêté chaque année le dernier samedi de juin. Dans les Vosges, ainsi que dans le Sud de Meurthe-et-Moselle, cette construction est appelée une chavande.