Get Adobe Flash player

Les 200 ans du Cros de Cagnes

La ville du Cros de Cagnes a fêté samedi 1er juin ses 200 ans. Le port des pêcheurs, place emblématique du Cros a célébré avec ses marins cette date historique. La ville a retrouvé son ambiance d’antan, et ainsi fait revivre à travers son folklore, ces pêcheurs qui sont à l’origine du développement de la pointe cagnoise. Pour clôturer l’évènement, un magnifique feu d’artifices a ébloui de nuit le port.

LE CROS DE CAGNES

Non loin de l’embouchure de la Cagne, les premiers habitants de Cagnes Sur Mer aménagèrent au bout d’une presqu’île rocheuse, un petit port de pêche. Formé de quelques  » cases « à pierres sèches, il fut appelé  » cararocca « , nom formé par les radicaux ligures  » cara « , pierre et pré-latins  » rocca « , rocher. A la suite de différentes transformations linguistiques,  » cararocca  » est devenu LE CROS Au lendemain de la révolution française, une famille de pêcheurs mentonnais vint jeter ses filets au large de ce qui allait devenir LE CROS et qui n’était alors que des marécages

Parallèlement, des jeunes gens originaires de l’arrière-pays décidèrent de s’installer au Cros. La corporation des pêcheurs venait de naître et allait prospérer. Des charpentiers venus de Gênes et de Naples fabriquaient tous les  » pointus  » de la région à la manière des  » petits pics « génois. En 1866, le village du Cros est mis sous la protection de Saint-Pierre, patron de l’Abondance, et l’église est édifiée par les pêcheurs avec, en son sommet, un petit campanile. Détruit lors d’un léger tremblement de terre en 1890, il est remplacé en 1900 par un clocher typique . En 2006/2007 la chapelle a été restaurée grâce à de généreux donateurs, à l’intérieur une céramique murale d‘Alexis Obolensky retrace la vie de St Pierre et fait allusion aux traditions Crossoises. En 1925, alors que la pêche est à son apogée, les maisons des pêcheurs aux volets bleus s’alignent entre les actuelles rues Berlioz et avenue Jean Jaurès. A cette époque 140 familles de pêcheurs et métiers attenants (charpentiers, fabricants de filets, remailleuses) font vivre le Cros. La pêche aux anchois et sardines est prédominante, trois usines de salaisons y sont installées. Le petit village du Cros se voit doté d’une mairie-annexe ; toutefois, de 1908 à 1927 un Comité

de Crossois s ’est érigé pour instaurer le Cros en Commune, ce mouvement qui a connu un essor favorable disparaît en 1927 avec la suppression de la section électorale du Cros. A l’Ouest, ce ne sont toujours que des marécages alors qu’à l’Est, les paysans font le commerce de la fleur d’oranger. Un port-abri est construit en 1938 mais rapidement obstrué par des galets amenés par les courants ligures. En 1960, un épi en enrochement est réalisé et permet au port d’accueillir des bateaux de plaisance et l’ensemble de la flottille de pêche du Cros. Il ne faut pas oublier que le Cros de Cagnes est aussi la plus ancienne station de – sauvetage en mer de la Côte d’Azur, créée en 1929

 

Malgré les évolutions, l’ esprit village subsiste. Des marins pêcheurs continuent d’y exercer leur profession et vendent leur pêche sur le marché qui se tient au port-abri et fournissent les restaurants locaux en poissons de pays, appellation de plus en plus rare dans la région ; d’autres créent au large du Cros une ferme aquacole où loups et daurades sont élevés et commercialisés. Dans le prolongement du petit port de pêche, de nombreuses plages sont offertes au public, sur un front de 3,5 km

cros cagnes