Combat naval fleuri

Partager sur les réseaux sociaux
  •  

 

De 1902 aux années 30, l’événement est un des plus célèbres de la Côte. Malgré quelques réapparitions, il ne survit pas à la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’à sa renaissance en 1995…
Villefranche-sur-Mer fête la 23e édition de son célèbre Combat naval fleuri. Une tradition qui a pourtant vu le jour il y a plus d’un siècle.
La vraie naissance du Combat naval fleuri remonte au début du XXe siècle, époque propice au développement des fêtes carnavalesques sur la Côte d’Azur.
En s’inspirant du succès des batailles des fleurs terrestres, Villefranche va ajouter un élément supplémentaire: la mer. La première édition est organisée en 1902 au port de la Darse.
Lors de la première édition, pas moins de quarante barques prennent part au Combat naval fleuri organisé dans le port de la Darse.
Les embarcations font la fierté des Villefranchois: elles sont décorées par les fleurs issues des exploitations du territoire de Villefranche.
À l’époque, 100.000 m2 sont consacrés à l’œillet, apprécié pour sa beauté et sa robustesse.
L’événement embrase la rade: manifestation de haute mondanité, le Combat naval fleuri devient aussi un rendez-vous populaire très fréquenté.
Deux guerres et un soulèvement populaire
Interrompue en 1914 par le conflit mondial, la tradition renaît en 1922.
Sans s’essouffler: chaque année, les trains en direction de Villefranche sont doublés pour l’occasion, les tramways renforcés.
La présence de l’escadre méditerranéenne de la Marine dès les premières années et durant l’entre-deux-guerres participe du succès: le sentiment patriotique est prégnant dans toutes les couches de la société ces années-là.
Après la deuxième guerre mondiale, la manifestation reprend avec faste dès 1947, mais les années passant, l’organisation de plus en plus lourde devient déficitaire.
Le principe même se démode, il y a de moins en moins d’inscrits et la municipalité décide une première fois son arrêt dans les années 1960.
En 1965, le comité des fêtes essaie de le faire renaître. Le cycle carnavalesque est abandonné pour Pentecôte, et la fête perd un peu de son âme. Les événements de mai 1968 lui donneront un nouveau coup d’arrêt.
1995, année charnière
Il faudra attendre 1995 et les festivités des 700 ans de Villefranche-sur-Mer pour voir le Combat naval fleuri renaître encore de ses cendres.
Malgré le froid (il neigeait sur les hauteurs de Villefranche) et la présence de six pointus à peine, la tradition s’ancre.

Désormais, ils sont chaque année une vingtaine de pointus, de Villefranche mais aussi des communes voisines, à parader aux bords des quais du port de la Santé devant des milliers de spectateurs.
À bord de leurs embarcations ornées de structures en fleurs, les navigateurs costumés de l’ABPV lancent des bouquets que le public renvoie dans une joyeuse bataille.
Groupes folkloriques, jongleurs, acrobates, fanfares, chars ou encore grosses têtes: tout est fait pour renouer avec le lustre d’antan.